Sous les pavés, la plage ….ou l’histoire des carrières du Dramont ( épisode 2 )

Publié le 19 Mai 2016

collection JP Herreyres

collection JP Herreyres

La quasi-totalité des habitants du quartier était de nationalité italienne, ils provenaient dans un premier temps de la région de Gênes, avec entre eux des liens familiaux proches. Avant les carrières la principale richesse de Saint-Raphaël était issue de l'agriculture (vin, huile) et de la pêche monopole des génois.

Ils habitaient dans les logements mis à disposition par la Direction, le « village des carriers », futur quartier du Dramont.

Les premiers logements au dessus des carrières – collection JP Herreyres

Les premiers logements au dessus des carrières – collection JP Herreyres

1895 – Les carrières de Porphyre, collection Mediathèque St Raphael / fonds Carlini – photo J. David

1895 – Les carrières de Porphyre, collection Mediathèque St Raphael / fonds Carlini – photo J. David

1895 – Les carrières de Porphyre, collection Mediathèque St Raphael / fonds Carlini – photo J. David

1895 – Les carrières de Porphyre, collection Mediathèque St Raphael / fonds Carlini – photo J. David

1895 – Les carrières de Porphyre, collection Mediathèque St Raphael / fond Carlini – photo J. David

1895 – Les carrières de Porphyre, collection Mediathèque St Raphael / fond Carlini – photo J. David

1895 – Recadrage sur la photo de groupe - , collection Mediathèque de St Raphael / fonds Carlini – photo J. David

1895 – Recadrage sur la photo de groupe - , collection Mediathèque de St Raphael / fonds Carlini – photo J. David

Le village du Dramont vers 1946  - collection Antoine Bertani

Le village du Dramont vers 1946 - collection Antoine Bertani

Ce village était majoritairement habité par les ouvriers, à savoir :

- des mineurs, chargés des « tirs de pétards » à la pause déjeuner et après la journée de travail. L'utilisation de la poudre noire entraînait de fréquents accidents.

- des tailleurs de pierre, payés à la tâche et dont les meilleurs taillaient jusqu'à 120 pavés par jour. Des concours internes récompensaient les plus productifs.

- des marqueurs, qui traçaient une marque sur chaque pavé afin d'établir la paye des tailleurs de pierre.

- des forgerons, dont l'essentiel du travail consistait à fabriquer et affuter les outils des tailleurs de pierre.

- des mécaniciens, qui assuraient l'entretien des installations de transport et de traitement des matériaux.

- des graisseurs, lubrifiant chaque poulie à longueur de journée.

- des journaliers, les intérimaires de l'époque, tenant par exemple le poste de pompiste chargé d'évacuer l'eau du fond de l'exploitation.

- des gargotiers, qui portaient de l'eau aux ouvriers pour les soulager des effets de la poussière.

- des manœuvres, chargés de remplir les wagonnets sur les lieux d'extraction ou d'approvisionner les fours à charbon pour les machines à vapeur.

Après leur dure journée de labeur, les carriers bons vivants et solidaires ne manquaient pas une occasion d'organiser une fête ou un bal.

Le « Cercle » est le lieu de rencontre et de détente, cartes, quilles, billard, pétanque.

Dans les années 1920, l'activité extractive est à son plus haut dans le quartier du Dramont. Sur 2000 villageois, 800 travaillent dans plusieurs carrières.

Le catalogue présente 42 modèles de pavés.

En 1907, production moyenne de 2700 pavés / jour, qui atteint 5600 pavés en 1913.

En 1923 la société des carrières de porphyre possède 208 hectares.

Contrat de travail datant de 1923 - source Mémoires de l'Esterel - Collections de la ville de St Raphael 2016.

Document appartenant à Mme Wanda Ubbizzioni, née Giannetti.

Pour 1 franc de l'heure, le carrier travaille 6 jours sur 7, 9 heures par jour.

Outils de carrier / encyclopédie d’Alembert

Outils de carrier / encyclopédie d’Alembert

La chapelle du Dramont, financée par les administrateurs des carrières est construite en 1930.

La ligne de démarcation a été franchise après le débarquement allié de 1942 en Afrique du Nord, une partie du Sud-Est a été occupée par les italiens.

Après la capitulation de l'Italie le 8 septembre 1943, les allemands s'implantent dans le secteur

Les carrières sont réquisitionnées par les Allemands pour fournir des matériaux destinées à construire le mur de la Méditerranée, avec une partie du personnel ainsi que des prisonniers.

Plage du Dramont - Le débarquement Américain -  Aout 1944 - Photo X

Plage du Dramont - Le débarquement Américain - Aout 1944 - Photo X

La direction du site obtient que la plage du Dramont ne soit pas minée, pour des raisons de sécurité vis-à-vis de son personnel.

Cette exigence et les rejets de déchets de pavés jetés sur la plage favoriseront la pleine réussite du débarquement allié le 11 Aout 1944.

Timbre commémoratif de la Libération – Carte postale collection Delcampe

Timbre commémoratif de la Libération – Carte postale collection Delcampe

Système élévateur pour remonter les roches. Collection JP Herreyres.

Système élévateur pour remonter les roches. Collection JP Herreyres.

Dès 1944, la municipalité de St Raphael  préconise « de classer ce prestigieux littoral ».

En 1947 la disparition programmée des carrières se précise. Le bitume et le macadam remplacent progressivement les pavés.

Plan général des carrières datant de 1952 – collection Antoine Bertani

Plan général des carrières datant de 1952 – collection Antoine Bertani

A noter que l’atelier, les silos, le concasseur étaient situés à l’emplacement actuel de la gare d’arrivée du petit train de Cap Esterel.  Carte Postale Médiathèque de St Raphael / Fonds Carlini.

A noter que l’atelier, les silos, le concasseur étaient situés à l’emplacement actuel de la gare d’arrivée du petit train de Cap Esterel. Carte Postale Médiathèque de St Raphael / Fonds Carlini.

Vue depuis le Sémaphore, vers 1890- Collection de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées - source BNF / Gallica

Vue depuis le Sémaphore, vers 1890- Collection de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées - source BNF / Gallica

-	Vue aérienne datant de 1955-1960 - Collection JP Herreyre – Edition MAR

- Vue aérienne datant de 1955-1960 - Collection JP Herreyre – Edition MAR

Les carrières depuis l’Ile d’Or- Collection JP Herreyres  - edition IRIS

Les carrières depuis l’Ile d’Or- Collection JP Herreyres - edition IRIS

En 1957, la société des carrières possède une surface de 204 Ha.

L’activité cesse définitivement en 1959.

En 1982 elle vend 188 Ha à la société Dramont Aménagement qui projette de construire le village de vacances de Cap Esterel.( lieudits : Le Dramont, Les Ferrières, Vallon Vacquier, Garde-Vieille, Aire-Peyronne, le Camp Long)

En 1986, arrêt ministériel autorisant la formation de la ZAC du Cap Dramont, l’ensemble de la propriété est de 210 Hectares suite à l’acquisition de terrains à des tiers.

1989 – Commercialisation du village . L’achat de faisait sur plan, le vendeur situant votre appartement sur une très grande maquette.  La piscine à vague est déjà construite

1989 – Commercialisation du village . L’achat de faisait sur plan, le vendeur situant votre appartement sur une très grande maquette. La piscine à vague est déjà construite

1990 : inauguration de la première tranche du Village de Cap Esterel. ( Publicité P&V pour le lancement de la station)

1990 : inauguration de la première tranche du Village de Cap Esterel. ( Publicité P&V pour le lancement de la station)

Sous les pavés, la plage ….ou l’histoire des carrières du Dramont ( épisode 2 )

Les sites d'extraction du Dramont sont devenus pour l'un une réserve d'eau dédiée au réseau d'aspersion du Village de Cap Esterel, pour l'autre une base de loisirs nautiques.

En octobre 2007, les 2 lacs ont été cédés à la commune de St Raphael avec un bail emphytéotique d’une durée de 30 ans, qui autorise les activités existantes.

Le remplissage des lacs se fait uniquement par le ruissellement des eaux de pluie. Mesures effectuées par Antoine Bertani / géomètre le 089/11/1990

Le remplissage des lacs se fait uniquement par le ruissellement des eaux de pluie. Mesures effectuées par Antoine Bertani / géomètre le 089/11/1990

A la vue de tous ces travaux immenses qui ont, in fine, crée ces lacs carriers comment ne pas avoir une pensée pour tous ces ouvriers, pour leurs familles, leurs enfants ?

Comment peut-on imaginer en moins d'une génération passer d'un labeur aussi dur à une société de loisirs avide de consumérisme ?

« Les gens n’avaient rien mais partageaient tout » René Zucco, président du Cercle Dramontois,

Extrait d'un article Var matin du 13/04/2016

 

2015 - Le lac Est.

2015 - Le lac Est.

1968 - Grafiti dans le 20eme arrondissement. Photo Ph. Pons

1968 - Grafiti dans le 20eme arrondissement. Photo Ph. Pons

Mai 68 et tous ces pavés, les plus fleuris comme les plus virulents ont constitué un tournant dans cette période des trente glorieuses, comme aujourd'hui avec toutes les transformations sociétales. Puissions-nous avec ces quelques photos et commentaires garder un souvenir ému de toutes ces personnes qui ont participé à construire l'histoire du Dramont.

Philippe Pons

Wagonnet exposé devant la Mairie annexe du Dramont

Wagonnet exposé devant la Mairie annexe du Dramont

Le dernier wagonnet est  depuis 2019 sur le rond point des Carriers

Sources Iconographiques et Remerciements :

  • Jean –Pierre Herreyres, la « mémoire » du Dramont, principal contributeur de cet article.
  • La BNF / Gallica pour la mise en ligne de 21 photographies de l’Ecole des Ponts et Chaussées, sur les carrières , datant de 1890.

 

  • La Mairie de Saint Raphael / service Environnement  - Mme Denis Caroline
  • La Médiathèque de Saint Raphael : Mme Isabelle Riper, directrice de la Médiathèque  et Mme Dominique Miraglio, responsable du fonds Carlini.

 

  • Monsieur Antoine BERTANI, géomètre pour le prêt de plans et autres documents.
  • Monsieur René Zucco : président du Cercle du Dramont
  • Les carrières du Grand Caou – Mme Julie Fournier  et M. Couderc.

 

et merci à Pascal Picot, ancien Président de l’ASCAPE, qui m’a transmis les premières informations sur l’histoire du Dramont.

 

Sous les pavés, la plage ….ou l’histoire des carrières du Dramont ( épisode 2 )

Rédigé par Jean-Pierre Herreyres et Philippe Pons

Publié dans #CULTURE & PATRIMOINE

Commenter cet article

GUILLAUME SAQUET 10/07/2020 10:11

Bonjour,
Très intéressant et très complet. Juste une remarque : la vue large (vue depuis le sémaphore) que vous avez sourcée Gallica (puisqu'elle s'y trouve effectivement) provient des collections de l'Ecole nationale des ponts et chaussées. Pourriez-vous remettre la bonne source ? Merci
Je peux également vous la fournir en "couleur" c'est à dire en sépia.
Cordialement,
G. Saquet

PhP 12/07/2020 08:17

Merci M. Saquet, la mention est ajoutée.

eric 01/11/2019 07:08

Plus de 40 ans que j'habite la région , je ne connaissais pas !! Bravo ! ,bel article , très bien écrit

PhP 01/11/2019 16:01

Merci pour votre message, je vous invite à parcourir le sentier "sur les Pas des Carriers" inauguré cet été, qui retrace à travers des panneaux l'histoire du Dramont sur les lieux de l'exploitation, et d'aller voir l'expo : Les carriers du Dramont , du 12 au 30 novembre 2019, au centre culturel de st Raph. Espace José Giron, et le 16 novembre à 15 H à la Médiathèque rencontre témoignage avec des fils de mineurs. Philippe Pons

Joss 28/06/2019 23:45

Très instructif, merci pour ce billet.
Merci à tous ces hommes qui ont fait cette si belle Histoire.

Fabrice 27/05/2019 14:19

Je viens depuis 15 ans au Dramont/Port du Poussaï et je découvre seulement cette passionnante histoire du patrimoine.
Merci pour ces éléments très instructifs, je porterai désormais un regard différents sur les galets de la plage du Dramont.
Comme quoi s'il est agréable d'observer la mer, il ne faut pas pour autant oublier de se retourner pour contempler l'histoire

JEROME GABRIEL 27/05/2016 10:29

Passionnant, ça fait voir le Dramont sous un jour nouveau, ou plutôt ancien...! et cela permet de comprendre la transformation du site sur lequel se trouve, aujourd'hui, Cap Estérel.
Bravo! et Merci.

CARE 19/05/2016 19:40

Très instructif .
Un grand merci.