Publié le 31 Mai 2021

copie article VAR MATIN -29/04

 

C’est ce qui vient de se passer à Port Grimaud.

Leur ASL possède des statuts complexes, et l’équipe dirigeante vient de jeter l’éponge. L’ASL est désormais mise sous tutelle judiciaire. Port Grimaud avait choisi la complexité puisque le village est partagé en 3 secteurs distincts géré chacun par une équipe différente.

Vous pouvez imaginer la difficulté qu’ils risquent d’avoir aujourd’hui pour avoir une vision cohérente afin que l’ensemble des 3 entités s’entendent.

Heureusement notre ASL: l'ASCAPE,  a choisi une organisation simple.

Le Président en exercice qui nous représente est présent sur le site. Les propriétaires qui ont été élus pour siéger au Syndicat qui donne le Cap à suivre, se réunissent à plusieurs reprises en présentiel pour les sujets les plus importants ou en visioconférence pour les autres afin d’éviter de gros frais de déplacement.

Les statuts ont été mis à jour afin que chacun puisse être représenté et toute l’équipe qui tient la route est ouverte à toutes les bonnes volontés qui veulent bien se faire connaitre.

A Cap Esterel, nous sommes en train de prendre un tournant pour que notre village retrouve son brio. Il est indispensable que nous nous soutenions tous car si nos quartiers sont différents, nous souhaitons pour la plus grande majorité d’entre nous que les appartements soient occupés par une clientèle qui respecte le site et qui feront venir d’autres personnes qui leur ressemblent.

Le Bureau du 3C

Voir les commentaires

Rédigé par Bureau 3C

Publié dans #2021

Publié le 29 Mai 2021

CONCILIATION , l’offre de P&V jugée inacceptable

Pierre et Vacances/loyers impayés: 900 propriétaires particuliers dénoncent une offre "inacceptable"

AFP Publié le 28/05/2021 - 16:15

PARIS, 28 Mai 2021 (AFP) - Cinq associations de propriétaires particuliers de cottages au sein de Center Parcs qui réclament le règlement de loyers non versés pendant la crise sanitaire, jugent vendredi "inacceptable" la proposition que leur a faite le groupe Pierre et Vacances-Center Parcs, d'abandon de "7 mois et demi de loyers".

Quelque 900 propriétaires au sein des domaines Center Parcs des "Trois Forêts", "du Bois aux Daims", des "Bois Francs" et des "Hauts de Bruyère" ainsi que "Villages Nature Tourisme" ont lancé une procédure judiciaire début février devant le tribunal judiciaire de Paris.

Ils espèrent obtenir le règlement de "plusieurs millions d'euros" de loyers non versés par le numéro un européen des résidences de loisirs, exploitant de ces sites, pendant les mois où ces hébergements ont été fermés ou sous-occupés, en raison des restrictions liées au Covid-19.

Or Pierre et Vacances, dont l'activité a été laminée par la pandémie, leur a fait une proposition qu'ils qualifient d'"inacceptable, pour ne pas dire scandaleuse", dans un communiqué de presse publié vendredi, car elle les amènerait à "abandonner 7 mois et demi de loyers pour la période du 15 mars 2020 au 30 juin 2021, et 27,5% de leurs loyers du 1er juillet 2021 au 31 décembre 2021".

"Nos clients sont furieux", dit à l'AFP leur avocat Me Patrick Tabet, car "si un échelonnement de la dette de loyers aurait pu être accepté, une demande d'abandon pur et simple, aussi importante, reflète un réel mépris".

Les bailleurs "se sentent trahis par Pierre et Vacances qui leur impose un diktat: sur 10 mois de loyers, nous en perdons 7 mois et demi et ils n'en paient que 2 et demi: en quoi est-ce équilibré ?" demande Véronique Prudhomme, présidente de l'association des "Bois Francs" qui réunit 275 bailleurs à la situation financière "souvent critique" car dépendants des loyers pour faire face à leurs propres échéances.

Ils réclament en outre une "équité de traitement" avec les "gros institutionnels" propriétaires d'hébergements tels qu'Allianz, la Maif, la Macfs, Groupama, La Française.

Du côté de Pierre et Vacances-Center Parcs, une porte-parole indique que ces propositions ont "reçu le soutien de plusieurs représentants des propriétaires" et ont été faites aussi aux créanciers institutionnels.

Quelque 18.800 particuliers sont propriétaires de 57% du parc du groupe - 30% des Adagio, 50% des Pierre et Vacances et 20% des Center Parcs- et ont reçu en 2019 environ 160 millions d'euros de loyers.

En difficulté financière, avec une dette qui a bondi à 330,6 millions d'euros, Pierre et Vacances a obtenu un refinancement allant jusqu'à 300 millions d'euros de ses partenaires.

Ce communiqué de l'AFP a été repris ce matin par le site Capital .fr

 

 

En cliquant sur ce lien , vous trouverez dans notre blog destiné aux propriétaires bailleurs CAPBAIL, le comte rendu de la Visio Conférence du cabinet GOBERT du Jeudi 27 mai, et la position du 3C.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bureau 3C

Publié dans #2021, #3C - P&V

Publié le 25 Mai 2021

 

Avant la construction de l’hôtel de Roches Rouges, on aperçoit à droite le Grand Hôtel d’Agay, vers 1900.

 

Le docteur Emile AUBY  fait construire en 1906 sur les plans de l’architecte Cannois Henri STOECKLIN, par l’entrepreneur Cannois J.Giacobi.

Cet architecte de renom a signé, avec son père, de très nombreuses créations  à Cannes entre 1895 et 1914.

Ils utilisent le bois, la brique, la pierre, les enduits et la céramique dans une architecture éclectique originale où le soin apporté à chaque détail, à la composition, au choix et à la mise en œuvre des matériaux témoigne de leur talent.

En 1900 ils conçoivent les plans de l'hôtel Gallia, la surélévation du casino des Fleurs construit par L. Hourlier en 1888 et les aménagements intérieurs Art Nouveau des halls et salons de cet ouvrage monumental.

 

Les plans publiés en 1912, dans la Monographie des Bâtiments moderne de Raguenet – N° 243, nous permettent de connaitre l’état initial.

 

 

Le permis de construire de cet hôtel à été reçu avec retard à la Mairie de St Raphael en 1907,à la fin des travaux : 

Et le maire se fâche :

Source archives municipales St Raphael

 

Sur les registres du recensement de 1906 : 28 maisons Plage d’Agay, le Grenouillet, le Trayas pour 140 habitants

Pour l’ensemble de la commune de St Raphael : 704 maisons pour 4768 habitants

 

Une des premières publicités de l’hôtel ouvert en 1908, dans un rastel encore vierge, avec ce slogan : La Perle de l’Esterel

 

 

Publicité : Echo de l’ESTEREL et des MAURES - 1912

 

extrait Guide POL-  1913

  Ce logo indique que cet hôtel possédait à minima une chambre noire permettant aux photographes de charger et décharger les plaques de verre utilisée à cette époque et peut être un petit laboratoire de développement et de tirage d'épreuves par contact.

 

Le journal de St Raphael publiait régulièrement la liste des "Etrangers" séjournant dans les Hotels. (1912) La clientèle d'un âge moyen de 60 ans, est composée de familles  aristocratiques qui seront peu à peu remplacées par la grande bourgeoisie. 

 

 

Les trains reliant Marseille à Nice s’arrêtaient en gare d’Agay pour faire le plein d’eau douce des réservoirs des chaudières à vapeur. L’eau était puisée dans la rivière Agay via une pompe appartenant au PLM . (article en préparation)

Durant cet arrêt les clients de l’hôtel pouvaient descendre.

 

Le premier portail en bois de l’hôtel

 

Ce portail est ensuite remplacé par un portail en pierre, vers 1917

Cette photo réalisée depuis l’entrée de l’hôtel par un ami de JF Denes, propriétaire place des Pêcheurs correspond exactement à la carte postale du photographe Bandieri de St Raphael (vers 1917)

 

La source - vers 1919

Cette source est maintenant tarie. Selon un témoignage de Louis Polvérini, elle a alimenté en eau les entreprises de maçonnerie qui ont construit de nombreuses villas dans le Rastel après la guerre.

Aujourd'hui, elle ne fait plus partie du domaine des Roches Rouges.

 

1920, le nouveau pont d’Agay, sur la droite le bâtiment de trois étages, la gendarmerie qui sera détruite comme le pont par les bombardements de 1943.

 

Album PLM 1923

 

 

 

 1927 – petit livre du Touring Club de France - Le massif de l’Esterel – Georges Seure , on aperçoit à gauche la gare, au centre l’hôtel des Roches Rouges, et le phare de la Baumette.

 

Vers 1935, il est construit un petit pavillon à l’entrée de l’hôtel.

Christian Charlet se souvient qu’il habitait ce pavillon avec son père Victor, grand résistant du maquis de l’Esterel. Son père était chargé de la surveillance des pompes qui puisaient de l’eau à partir du puit situé à l’entrée de l’hôtel, l’eau était ensuite envoyée dans une cuve de stockage située au-dessus de l’hôtel, puis par gravité l’eau potable alimentait les chambres.

A droite de l’hôtel la Villa TRODOS. Le docteur AUBY y installa son cabinet de consultation, après la guerre elle sera louée par une anglaise Miss Maud Wodhouse. L’oncle de Louis Polvérini, Dante Bianchi y sera jardinier jusqu’en 1940.

 

Publicité datant de 1937

Quelques villas commencent à se construire autour dans le Rastel.

 

 

En 1931 et 1932, l’écrivain Albert Cohen qui vient d’épouser à Genève Marianne Goss, séjourne à l’hôtel des Roches Rouges, il y écrit un de ses plus célèbre roman : Belle du Seigneur, quelques scènes se déroulent à Agay et Valescure.

 

 

Le propriétaire de l’Hôtel, le docteur Auby, est conseiller municipal à la Mairie de St Raphael et il est  le premier Pdt du Syndicat d’Initiative d’Agay. François Giraud d'Agay se souvient de sa grande barbe, il était le médecin de la famille d'Agay.

En 1931, une plainte est déposée contre M. Auby et le maire M. Verstraëte,

Le maire de st Raphael Maurice Verstraëte démissionne en 1933.

 

 

Collection Frédéric d’Agay

Le 12 avril 1932, Antoine de St Exupéry et Consuélo Suncin après s’être marié à l’église d’Agay, reçoivent leurs invités au restaurant de l’Hôtel.

François d’Agay âgé alors de 6 ans (à droite sur la photo), m’a confirmé qu’il avait assisté à ce repas, il en garde un souvenir d’un repas de famille assez ennuyeux pour un enfant de son âge.

 

 

 

Dans la même période en 1932, de docteur Auby déclare avoir inventé un traitement contre la coqueluche.

 

 

 

 

 

 

 

Le docteur Auby, conseiller municipal à la Mairie de St Raphaël, propose d’aménager les berges et l’embouchure de la rivière Agay afin de limiter les risques d’inondations. Son projet ne sera pas suivi, et après les crues de 2011,2015 et 2019, la municipalité de St Raphael vient d’entreprendre d’importants travaux pour protéger les habitations et restaurer les berges.

A partir de 1933, les effets de la crise économique commencent à se faire sentir. En 1936, la création des 2 semaines de congés payés  par an va déclenché le gout des vacances à la mer dans les classes moyennes. 

 

Pendant la seconde guerre, l’hôtel des Roches Rouges est occupé, puis il devient une maison de repos pour militaires .

 

En novembre 1943, vers 10 heures du soir 5 ou 6 avions anglais bombardent Agay, on suppose qu’ils visaient le viaduc d’Anthéor, on dénombre 15 victimes parmi les habitants d’Agay, dont des d’anciens militaires anamites qui travaillaient aux cuisines de l’hôtel, et qui se trouvaient dans un des bars de la plage.

L’église, la poste, la gendarmerie, les écoles, le pont routier, et des villas sont détruites.

 

Lors d’une rénovation de la toiture, les longs pans pointus très élégants, disparaissent. 

Nouveau look, après rénovation

 

L’hôtel est racheté par IGESA, le service social des Armées.

1954

1988  - photo Marc Ghislain

 

 

 

 

 

La réalisation de ce dossier m’a pris près de 2 ans, entre la recherche et l’achat des documents présentés, et la recherche de témoignages.

Je tiens à remercier pour leur aide précieuse :

Bruno Borja, M. Gasser, François et Louis Polvérini, Frédéric d’Agay et François d’Agay,

 Mme Parrat, aux archives de St Raphael et Mme Miraglio à la Médiathèque,

et je regrette la non participation du « responsable de la communication » de l’IGESA

Philippe Pons -mai 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le 23 Mai 2021

Levée du port du masque sur les plages et calanques
COMMUNIQUE de la Mairie de St Raphaël du 19 mai
Levée du port du masque sur les plages, dans les criques et les espaces naturels
Considérant le taux de positivité dans notre département suffisamment bas, le préfet lève le port du masque en forêts, sur les plages, les étendues d’eau et leurs rivages, dans les criques et les calanques (secteurs rocheux naturels de bord de mer, ouvrages de défense contre la mer, tels que épis, brise-lames et digues implantés sur le domaine public maritime, salins...). Il reste toutefois obligatoire le long des promenades du front de mer. Une certaine tolérance est accordée aux concessionnaires de plage mais avec des contreparties. La mesure entre en vigueur à compter de ce 19 mai, jusqu’au 8 juin 2021 inclus.
C’est la nouvelle que chacun attendait impatiemment avec le démarrage de la saison estivale. Si la pression sanitaire reste forte, la baisse du taux d’incidence (142 pour 100 000 habitants) confirme l’efficacité des mesures mises en place afin de freiner l’épidémie. La forte mobilisation du maire, Frédéric Masquelier, et des élus de la Ville auprès du préfet, notamment de Michel Kaidomar, conseiller municipal délégué au nautisme, a permis la levée de l’obligation du port du masque sur les plages et les calanques. Une sage décision qui va permettre de réduire les risques de pollution des fonds marins.
Concernant les restaurants de plage
Pour aider à la relance, la préfecture accorde pour l’heure aux concessionnaires de plage le droit de remplacer les transats par des tables, mais uniquement le soir. En contrepartie, le service au bar reste interdit. En journée, une distance de 2 mètres entre chaque transat est imposée. Le périmètre des concessions n’est pas étendu.
Autre levée
L’arrêté interdisant les ventes dites « au déballage », dénommées vide-greniers, foires aux puces, braderies ou brocantes est abrogé.

brocante Le Saint Joseph - FREJUS- tous les dimanche - © Philippe Pons

Voir les commentaires

Rédigé par PhP

Publié dans #2021

Publié le 21 Mai 2021

Chers propriétaires, pour la troisième année, nous vous proposons la mise à jour de notre fiche NUMEROS UTILES, merci d'imprimer ce document et de l'afficher dans votre appartement, pour information des occupants : famille ou locataire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bureau 3C

Publié le 18 Mai 2021

©poudou99/ Wikimedia

Afin de doper sa rentabilité, Pierre et Vacances va investir 430 millions d'euros en cinq ans, dont 60% seront consacrés à ses domaines Center Parcs. Un plan qui doit lui permettre d'atteindre en 2025 un chiffre d'affaires de 1,83 milliard d'euros pour ses activités touristiques.

Publié le 18/05/2021 à 14h11

Montée en gamme en vue pour Center Parcs. Le numéro un européen des résidences de loisirs Pierre et Vacances va rénover ses parcs d'ici 2025 pour attirer une nouvelle clientèle, avec une offre plus qualitative et "verte", davantage centrée sur les activités familiales et aussi bien plus lucrative. Le groupe, qui "n'a pas généré de résultat net positif depuis neuf ans", doit "améliorer sa performance" grâce à une meilleure stratégie commerciale et une refonte de ses offres, a résumé Franck Gervais, ex-responsable pour l'Europe d'Accor, devenu début janvier directeur général du groupe, lors d'une conférence de presse en ligne.

Déroulant sa feuille de route pour les cinq ans à venir, M. Gervais a annoncé mardi un plan d'investissements et de rénovation ("Réinvention 2025") pour le groupe, dont l'activité a été minée par la pandémie de Covid-19, qui a divisé par deux son chiffre d'affaires au premier semestre de l'exercice décalé 2020-2021, la quasi-totalité de ses sites étant fermés. Ce plan prévoit 430 millions d'euros d'investissements en cinq ans, dont 60% seront consacrés à ses domaines Center Parcs. Il doit lui permettre d'atteindre en 2025 un chiffre d'affaires de 1,83 milliard d'euros pour ses activités touristiques, en croissance de 473 millions d'euros par rapport à 2019, générée à 80% par les Center Parcs.

Ces objectifs doivent être atteints grâce à une "modernisation radicale" du parc auquel sera consacré un "plan de rénovation massif" de 715 millions d'euros permettant à 62% des hébergements - parfois vieillissants, ce dont attestent les avis clients- d'atteindre la "catégorie premium ou supérieure" en 2025 (+16 points par rapport à 2019) et "une montée en gamme généralisée" des offres, a détaillé le directeur général.

Le groupe, qui regroupe les marques Center Parcs, Pierre et Vacances, Maeva et Adagio, veut "booster les dépenses sur site", car aujourd'hui "plus d'une réservation sur deux se fait sans aucune activité payante sur place" et côté restauration, un client ne dépense que 12 euros en moyenne, soit le prix d'"une formule sandwich", par séjour dans un Center Parcs, a-t-il précisé. "Cela ne peut se faire qu'en ayant des parcs où il fait bon consommer, où il y a une jovialité, du divertissement, de l'animation en permanence", a affirmé M. Gervais.

Cette refonte de l'offre comprendra davantage d'"activités familiales, qui ont un sens" -cuisine, maraîchage, activités culturelles....-, tandis que parents et enfants seront "autonomes", avec un bracelet connecté faisant office de porte-monnaie pour payer les activités et ouvrant les cottages. Aussi, les sites seront "éco-responsables": approvisionnement local à 100%, label européen Clé verte; les nouveaux sites qui ouvriront en Belgique, en France ("Landes de Gascogne" recyclera 99% de ses déchets), en Allemagne ou au Danemark, seront plus petits et mieux intégrés à leur environnement.

En revoyant sa stratégie commerciale, le groupe veut atteindre à terme 80% de taux d'occupation de ses Center Parcs contre 72% aujourd'hui, en attirant notamment une clientèle d'entreprises désireuse de faire des séminaires en pleine nature, et faire grimper de 35% le revenu par chambre disponible (RevPar), indicateur clé du secteur hôtelier, dans les domaines rénovés. Au sein de sa marque Pierre et Vacances, le groupe va développer à la montagne des resorts "légers" à "faible consommation énergétique" et pour la première fois, "trois hôtels lifestyle" - design, connectés, tournés vers une clientèle jeune-, où l'on passera "plus de temps dans les espaces communs", a décrit M. Gervais, que dans les chambres, qui seront "plus petites".

En outre "plus de 70 appart-hôtels" Adagio seront créés d'ici 2025, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni principalement. Aussi en termes d'exploitation, les "contrats de management" et les franchises, "moins risqués" seront privilégiés. Pour la première fois, le groupe a chiffré le poids de chacune de ses marques: Center Parcs devrait représenter 72% de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) du groupe en 2025, contre 9% pour Adagio, 12% pour Pierre et Vacances et Maeva, et 7% pour l'immobilier.

 

source 

 

Voir les commentaires

Publié dans #2021, #3C - P&V

Publié le 13 Mai 2021

copie journal les Echos

 

Pierre et Vacances trouve un nouveau financement

Le groupe a sécurisé pour 300 millions d'euros de nouveaux emprunts, dans l'attente de sa recapitalisation.

Par Véronique Guillermard

Publié le 11/05/2021 à 08:37, mis à jour le 11/05/2021 à 23:15

Un peu d'oxygène pour tenir encore quelques mois. En grandes difficultés, le groupe Pierre & ­Vacances-Center Parcs (PVCP) peut compter sur 300 millions d'euros de nouveaux financements. Le leader européen des résidences de loisirs a signé avec « ses partenaires financiers habituels », des banques essentiellement françaises, une offre ferme de refinancement destinée à « répondre aux besoins à court terme du groupe liés à ses ­activités et ses contraintes opérationnelles », a-t-il annoncé mardi 11 mai.

Cette offre se décline en deux tranches. La première, d'une valeur de 175 millions, sera mise à la disposition de PVCP début juin au plus tard. La seconde, d'un montant de 125 millions, dont 34,5 millions de prêt garanti par l'État (PGE), pourra être débloquée si besoin, en octobre 2021 au plus tard.

Cet accord permet à PVCP de respirer, dans l'attente de sa recapitalisation. « Sans ce soutien financier, le groupe aurait été placé en procédure de sauvegarde ou en faillite », résume un proche du groupe. Comme tous les autres acteurs du tourisme, PVCP a été frappé très durement par la ­Covid-19 qui a entraîné des fermetures de résidences, des frontières et l'arrêt des voyages internationaux. Au 1er semestre de l'exercice 2020-2021, le chiffre d'affaires du groupe a chuté de 57,3 %, à 297,2 millions d'euros.

Pour la première fois de son histoire, PVCP a interrompu le versement des loyers aux 18.000 propriétaires d'appartements, dont il avait assuré la vente et qu'il gère en leur nom dans ses résidences de tourisme.

Les financements annoncés hier ne vont pas servir à régler les impayés de loyer.

La procédure de conciliation avec les propriétaires, ouverte début février pour une période de quatre mois, renouvelable, se poursuit sous l'égide du tribunal de commerce de Paris.

En quête d'investisseurs

Ce refinancement marque la première étape d'une évolution du capital et d'une réorganisation en profondeur du groupe, qui emploie 12.600 personnes. Le 18 mai, Franck Gervais, arrivé à la direction générale de PVCP le 1er janvier 2021, doit présenter un nouveau plan stratégique, baptisé « Re-Invention », concocté avec le cabinet de conseils Advancy.

Cet automne, PVCP, toujours contrôlée par son fondateur Gérard Brémond, via sa holding SITI (49,4 % du capital et plus de 50 % des droits de vote), espère boucler sa recapitalisation avec l'arrivée d'un ou de plusieurs nouveaux investisseurs. « Nous avons reçu des marques d'intérêt », assure un porte-parole du groupe.

La banque Rothschild a été mandatée pour travailler sur le dossier. Des fonds et industriels européens et américains l'ont regardé, à l'instar du fonds HIG Europe, qui a jeté l'éponge.

Le dossier n'est pas simple car, au-delà de la crise du Covid-19, le groupe qui supporte une lourde dette (330,6 millions, contre 131 millions à la fin de l'exercice 2018-2019), doit se remettre en question et investir massivement pour moderniser son parc de résidences. « Un tiers est à rafraîchir, un tiers à oublier tant il a mal vieilli et seulement un tiers est aux standards modernes », assure un expert.

Pour plusieurs analystes, la pépite du groupe, c'est Center Parcs, qui est très rentable, et le second actif à potentiel, c'est Adagio, dont le statut est hybride au sein du groupe dédié à la clientèle loisirs. Spécialisé dans les résidences urbaines orientées business, Adagio est en outre une filiale à parité avec le groupe Accor, qui aura sans doute son mot à dire.

copie Le Figaro Economie

Voir les commentaires

Rédigé par PhP

Publié dans #2021, #3C - P&V, #COVID

Publié le 9 Mai 2021

Je viens de rencontrer Thierry Lacombe, un très jeune dentiste retraité, passionné par la photographie, il vient de publier à compte d’auteur, un livre-album, grand format 24x30cm, 160 pages, avec une sélection d’environ 200 photos prises sur une durée de 3 années.

 

Dans une très sobre mise en page, grande photo - courte légende, il nous dévoile sous de très belles lumières la géologie, la flore, la faune de cette « Autre Cote d’Azur » qui ressemble à l’Ouest américain.

Ce livre est remarquablement imprimé en France, chez Escoubiac, l’imprimeur de référence pour de nombreux pros de l’image.

Je vous propose une sélection de quelques pages, je me suis permis de recadrer la page sur le visuel et la légende, pour une meilleure lisibilité sur notre blog.

 

Si comme moi, vous aimez ce livre, vous pouvez le commander directement à Thierry Lacombe ,via ce lien, il habite à St Raphael-Valescure, et dédicacera son livre le samedi 5 juin de 10-12h, librairie Charlemagne à Fréjus-centre, autre date à venir librairie Parisienne de St Raph.

Philippe Pons

Photos © Thierry LACOMBE - 2020 - reproductions interdites 

Voir les commentaires

Publié le 5 Mai 2021

Copie de première page du journal Var Matin paru ce jour :

 

Sur le site de l'ASCAPE , vous trouverez les informations sur les dates de commercialisation de P&V pour l'été 2021, ainsi que le formulaire pour récupérer dans les prochains jours les cartes d'accès aux équipements.

    

Nous vous souhaitons pour 2021, de très agréables séjours dans notre beau Village.

© Philippe Pons 2021

 

Sur Europe1 : Réservation de vacances

"Les Français se déconfinent et se projettent sur juillet et août", estime Grégory Sion , DG de PVCP

 

Voir les commentaires

Publié le 30 Avril 2021

Nous venons d’être informé par un adhérent du 3C en mandat avec MAEVA de l’offre proposée aux propriétaires :

ACCEPTER UNE BAISSE DE 30% sur le montant des revenus bruts 2021

 

Argumentaire MAEVA :

«  permettre de différencier votre logement et d’optimiser son taux de remplissage »

Cette proposition était valable jusqu’au 15/04, mais MAEVA continu à diffuser cette offre via de nombreux sites de location.

Le Collectif 3C juge cette proposition scandaleuse et nous vous incitons à la refuser, car dans le Var les réservations commencent à tomber, la plupart des acteurs sont confiants et s'attendent à réaliser à nouveau sur les périodes de fin juin à fin août un fort business, sans dégrader les conditions commerciales.

Maeva en pratiquant une telle baisse et si elle est acceptée par de nombreux propriétaires va s'assurer un taux de remplissage élevé, avec des locataires à faible pouvoir d'achat ce qui dégradera encore plus la valeur et la perception de notre site. Nous devons retrouver une clientèle d’un bon moyen de gamme.

Tout est fait actuellement par l’ASCAPE pour relever la fréquentation de Cap Esterel.

Il ne s’agit pas d’attirer une clientèle qui ne peut qu’engendrer des difficultés supplémentaires. Le panier moyen des commerçants l’an dernier était en forte baisse, une nouvelle dévaluation ne leur permettrait pas de réaliser un chiffre d’affaires assurant leur survie.

Nous n’avons pas reçu au moment de la mise en ligne de cette article la confirmation du directeur de P&V à Cap Esterel, de la date de réouverture de la réception pour le retrait des cartes loisirs, et des prestations garderies, animations.

L’ouverture de la piscine du Grand Bleu et de la piscine à vague est en attente d’une décision préfectorale.

Le Bureau du 3C

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Bureau 3C

Publié dans #2021, #3C - P&V