Sous les pavés, la plage …. ou l’histoire des carrières du Dramont ( épisode 1 )

Publié le 10 Mai 2016

Plage du Dramont, vers 1890. Source BNF/Gallica, en arrière-plan l’ile d’Or . La tour sarrasine n’est pas encore construite.

Plage du Dramont, vers 1890. Source BNF/Gallica, en arrière-plan l’ile d’Or . La tour sarrasine n’est pas encore construite.

Le cairn, œuvre éphémère - Plage du Dramont  / 2014. - La Tour de l’Ile d’Or sera construite entre mai 1909 et septembre 1910. ( l’histoire de l’ile d’Or, à suivre, dans un prochain article)

Le cairn, œuvre éphémère - Plage du Dramont / 2014. - La Tour de l’Ile d’Or sera construite entre mai 1909 et septembre 1910. ( l’histoire de l’ile d’Or, à suivre, dans un prochain article)

Des chutes de pavés aux galets de la plage ....

Les deux lacs situés à l'arrivée du petit train étaient à l'origine des carrières de porphyre bleu de l'Esterel.

 

Sous les pavés, la plage …. ou l’histoire des carrières du Dramont ( épisode 1 )

Auguste MICHEL-LEVY, ingénieur des mines, donnera en 1896 le nom d'Esterellite à cette roche, communément appelée « porphyre bleu de l'Esterel ».

Cette roche microdiorite quartzique se présente sous la forme d'une pâte amorphe, dure, homogène englobant des cristaux de feldspaths blancs. Selon le degré d’altération, le faciès du porphyre peut se rapprocher de celui des granites.

Vers 1980 - Vue aérienne des lacs, après la fermeture des carrières. Document A. Bertani

Vers 1980 - Vue aérienne des lacs, après la fermeture des carrières. Document A. Bertani

 Le porphyre extrait par les carriers était utilisé pour faire des pavés et du ballast.

Les chutes de taille, rejetées en bordure de mer sur l’actuelle plage du Dramont, devinrent par le brassage de la mer, les galets que nous connaissons aujourd’hui.

Carte postale datant de 1920/1930 -, au premier plan des pavés sont nettement visibles. Editions Adia  - Collection Ph. Pons

Carte postale datant de 1920/1930 -, au premier plan des pavés sont nettement visibles. Editions Adia - Collection Ph. Pons

Le Dramont et l’Ile d’Or en Mars 2016

Le Dramont et l’Ile d’Or en Mars 2016

Voici l’histoire de ce site industriel très méconnu qui compta jusqu’à 1000 ouvriers.

Je tiens à remercier :

  • Jean-Pierre Herreyres auteur du livre :

Le Dramont - De la cité ouvrière au centre touristique – 150 ans d’Histoire-

qui m’a autorisé a puiser dans son livre et dans ses archives.

  • la Médiathèque de St Raphael pour l’accès au fond Carlini.

A noter que comme moi, M. Herreyres n’est pas un ancien du Dramont, mais dès qu’il a connu l’histoire de ce village de carriers, il a souhaité reconstituer l’histoire de ce quartier et la faire partager.

Les débuts de l’exploitation

Le site était connu depuis longtemps, mais peu accessible et très mal desservi, il faut attendre 1863, date de l’ouverture de la voie ferrée Toulon –Cannes par la compagnie PLM.

7000 à 8000 ouvriers dont de nombreux tailleurs de pierre et mineurs ont travaillés sur le chantier du chemin de fer, il est probable que certains seront à l’origine des exploitations minières.

A partir de 1864, sont accordés par le Préfet,

les premiers contrats d’exploitation.

Les surfaces sont petites  2 à 5 hectares, elles sont situées entre la voie ferrée et la mer, sur l’emplacement actuel de l’esplanade du débarquement, du lotissement et de l’hôtel les Roches Rouges.

Cadastre Napoléonien datant de 1826. Parcelle D2 les Plaines.  Doc. Archives départementales de Draguignan Le Darmont deviendra le Dramont.

Cadastre Napoléonien datant de 1826. Parcelle D2 les Plaines. Doc. Archives départementales de Draguignan Le Darmont deviendra le Dramont.

Dans les premières années l’extraction se fait « à la pince et à la poudre » ; arrivés à 5m de profondeur le site est abandonné faute de moyens de levage. Les pierres évacuées en brouette.

Le travail est très dur pour les ouvriers qui sont pour la majorité d’origine italienne.

Population de St Raphael en 1876 : 1387 habitants dont 181 italiens, en 1886 : 3227 habitants dont 816 italiens,

Les carrières sont le plus gros entrepreneur

de St Raphael.

A partir de 1869, l’extraction s’industrialise, la machine à vapeur permet de tirer des wagonnets avec un cable, d’installer des moyens de levage.

Les frères Bonnamy achètent de nombreuses parcelles, et en 1872 commencent à construire la cité ouvrière du Dramont.

En 1876, autorisation d’exploiter les parcelles situées à gauche de la voie ferrée, les parcelles 222 et 223 sont acquises par un Belge Jules Dujaquier, qui rachète ensuite les parcelles des frères Bonnamy et en 1883 est créé la Société des Carrières de Porphyre de St Raphael.

4000 actions sont mises en vente.

4000 actions sont mises en vente.

L’exploitation à grande échelle commence.

La société belge possède 39 hectares de terrain en bord de mer et émet 4000 actions de 500 Francs pour fonder la SA des Carrières de Porphyre de Saint-Raphaël. L'essentiel de la production est destiné aux pavés, pierres brutes et ballasts pour les chemins de fer. La carrière possédait d'ailleurs un embranchement privé sur le réseau ferré ainsi qu'un pont transbordeur pour le transport maritime par chaland.

Voici des photos N/B sur papier albuminé extraites de la  photothèque de l’Ecole des Ponts et Chaussés , réalisées entre 1885 et 1890, elles sont archivées par la BNF / Gallica.

( pour améliorer la lisibilité de ces documents je me suis permis d’effectuer des virages colorés – Ph Pons )

Carrière Ouest - Carrière Est et gGradins inférieurs - docs. BNF / Gallica
Carrière Ouest - Carrière Est et gGradins inférieurs - docs. BNF / GallicaCarrière Ouest - Carrière Est et gGradins inférieurs - docs. BNF / Gallica

Carrière Ouest - Carrière Est et gGradins inférieurs - docs. BNF / Gallica

Taille à la massette ou têtu. La pierre dégrossie sera ensuite affinée avec la boucharde - doc. BNF / Gallica

Taille à la massette ou têtu. La pierre dégrossie sera ensuite affinée avec la boucharde - doc. BNF / Gallica

Abattage et Refente  - docs. BNF / Gallica
Abattage et Refente  - docs. BNF / Gallica

Abattage et Refente - docs. BNF / Gallica

Passage sous la voie du train PLM Toulon-Cannes , actuel tracé du TGV - doc. BNF / Gallica.

Passage sous la voie du train PLM Toulon-Cannes , actuel tracé du TGV - doc. BNF / Gallica.

Stockage avant expédition et descente vers la mer pour chargement des bateaux. -  docs. BNF / Gallica
Stockage avant expédition et descente vers la mer pour chargement des bateaux. -  docs. BNF / Gallica

Stockage avant expédition et descente vers la mer pour chargement des bateaux. - docs. BNF / Gallica

Jetée d’embarquement - doc. BNF / Gallica.

Jetée d’embarquement - doc. BNF / Gallica.

Chargement - Carte postale collection JP Hereyres

Chargement - Carte postale collection JP Hereyres

Le socle du chargeur est toujours visible sur la plage. Photos réalisées en Mars 2016
Le socle du chargeur est toujours visible sur la plage. Photos réalisées en Mars 2016

Le socle du chargeur est toujours visible sur la plage. Photos réalisées en Mars 2016

********************************************

 

à Suivre dans un prochain article,

la suite et fin de l'histoire

des carrières du Dramont avec:

Médiathèque de St Raphael - Fonds Carlini

- 1895 : des photographies rares en provenance de la Médiathèque de St Raphael.( fonds Carlini)

- 1920 : les grandes années des carrières , les métiers, les outils.

- 1945 : l'importance des chutes de pavés lors du débarquement Américain sur la plage du Dramont.

- 1959 la fin de l'activité industrielle.

- 1982 : la vente de 188 ha à Dramont aménagement.

- 1990 : la première tranche de notre village.

Rédigé par Jean-Pierre Herreyres et Philippe Pons

Publié dans #CULTURE & PATRIMOINE

Commenter cet article

J. GABRIEL 15/05/2016 22:25

Merci pour cette très heureuse initiative d'ancrer Cap Estérel dans l'histoire locale.
J'attends la suite avec impatience...

Regis PRUDHOMMEAUX 11/05/2016 11:02

Très bien ton article,tu vas remplacer Alain Decaux à la TV ou Nicolas Hulot
On attend la suite

Philippe Pons 12/05/2016 15:34

Bonjour ,
Merci pour vos messages.
Je n’ai eu connaissance du passé industriel et surtout humain des carrières du Dramont que depuis deux mois environ, et ces révélations ont encore augmentées l’attachement que j’ai de ce site Cap Esterel.
Et je trouve très important de faire partager ces informations aux lecteurs de notre blog, je suis certain que comme moi, ils verront la plage du Dramont, les lacs, et l’Ile d’Or avec un regard très différent.

JH PENANT 10/05/2016 18:03

merci pour cet article mémoire de Cap Esterel . En attente de la suite

Alain LAMBERT 10/05/2016 17:42

Superbe et très intéressant article pour ceux qui sont attachés à Cap Esterel.
Bravo et merci à (aux) auteur(s).